Comment bien choisir son serveur informatique ?

Comment bien choisir son serveur informatique ?

L’acquisition d’un serveur informatique n’est pas à prendre à la légère, c’est un investissement important qui peut permettre à votre entreprise de faire des économies et d’améliorer son rendement. Mais le choix d’un serveur inadapté peut avoir l’effet inverse et déstabiliser l’organisation de votre entreprise. Il est donc important de se poser les bonnes questions et de suivre certaines étapes pour choisir son serveur informatique d’entreprise.

Cet article s’adresse aux entreprises qui souhaitent internaliser leur infrastructure serveur, si votre choix se porte sur l’externalisation je vous invite plutôt à consulter cet article.

 

1ère étape : quel type de serveur ?

Il existe trois grands types de serveurs :

  • Le serveur Tour
  • Le serveur Rack
  • Et le Serveur Lame

Chacun d’eux répondant à des besoins spécifiques.

Le serveur tour

La première particularité du serveur tour est qu’il est très similaire à une unité centrale d’ordinateur classique. Il est facile à installer et peut-être placé ou vous le souhaitez dans votre entreprise. Même si nous vous recommandons vivement de le placer dans une salle climatisée et sécurisée (idéalement en hauteur). D’autant que c’est un serveur qui peut dégager beaucoup de chaleur et faire beaucoup de bruit. Le serveur tour est le serveur le plus accessible et le plus courant sur le marché. Il est plutôt destiné à des petites entreprises dont les besoins en informatiques sont restreints. C’est un bon premier investissement si vous avez besoin de centraliser et de sécuriser vos données à moindre coût.

Le serveur Rack

Les serveurs Rack sont plus compacts et donc plus modulables. Ils sont destinés à être installés au sein d’une baie de stockage.
Ce type de serveur est particulièrement pertinent et adapté aux entreprises dont les besoins sont :

  • De regrouper et optimiser l’espace dans une salle serveur dédié
  • Constituer une salle serveur organisée et professionnelle
  • D’attribuer une fonction spécifique à chaque serveur Rack (héberger un applicatif sur l’un, héberger des données sur l’autre etc…)

Le serveur Lame (ou Blade)

Comme son nom l’indique est le plus compact d’entre tous, c’est un serveur de dernière génération, très évolué techniquement. Ces « lames » vont être installées verticalement dans un seul boitier. Encore une fois cela permet de gagner de la place dans votre salle serveur en installant un grand nombre de serveurs dans un espace réduit.
C’est une solution qui n’est pas destinée à toutes les entreprises, car c’est une solution particulièrement coûteuse. Les serveurs Lame offrent une importante puissance de traitement, permettant de réduire la consommation électrique. De plus, ils nécessitent moins d’entretien et de gestion. Ils seront particulièrement pertinent dans le cas où vous souhaitez constituer un véritable data center en interne. Ce dernier type de serveur informatique est très rare et réservé aux grands comptes car ils mobilisent beaucoup de ressources humaines, techniques et matérielles en interne.

 

2ème étape : Le choix du processeur de votre serveur informatique

Vous avez déterminé quel type de serveur est adapté à vos besoins ? Soyez maintenant vigilant à son processeur. Le processeur est le centre névralgique de votre serveur, il est primordial de choisir un serveur dont le processeur est de dernière génération. C’est essentiel, car c’est le processeur qui sera chargé d’exécuter et de coordonner les traitements.
Au plus votre entreprise a d’utilisateurs au plus votre processeur devra être performant. Un seul serveur peut héberger un ou plusieurs processeurs. C’est d’ailleurs la question la plus importante à se poser avant de choisir son serveur informatique, ai-je besoin d’un ou de plusieurs processeurs ?
Cela va dépendre de plusieurs facteurs mais la condition la plus importante à prendre en compte est de savoir si vous avez ou si vous allez mettre en place un TSE (Terminal Serveur Edition). Le TSE est un service qui permet à plusieurs utilisateurs différents d’accéder à un système d’exploitation Windows partagé.

Un TSE est un applicatif particulièrement « gourmand » et lorsque qu’il est hébergé sur un serveur en plus d’une base de données et ou d’un applicatif métier, il vous faut absolument 2 processeurs.
Cela dépend aussi du nombre d’utilisateurs qui s’en servent simultanément mais également si ce serveur héberge à la fois des fichiers, une solution de type Exchange, un applicatif etc… Faites appel à votre prestataire informatique pour identifier vos besoins et déterminer si votre serveur a besoin d’un ou de plusieurs processeurs.

 

3ème étape : La Mémoire vive & le(s) disque(s) dur(s)

La mémoire vive, autrement appelée RAM, est le support de stockage à court terme de vos données. C’est elle qui permettra à votre serveur d’exécuter plusieurs programmes simultanément. Au plus votre serveur est sollicité par différents programmes et applications au plus il vous faudra de Gigas dans votre mémoire vive. S’ajoute au calcul le nombre de collaborateurs utilisant simultanément votre serveur. Pour prendre un exemple simple : si votre entreprise compte 15 salariés et que votre serveur héberge à la fois vos fichiers ainsi que votre applicatif de comptabilité, optez pour 32 Go (au moins) de mémoire vive. A savoir que si vos besoins évoluent à la hausse, vous aurez la possibilité d’augmenter la capacité de la mémoire vive de votre serveur à l’aide de barrettes de RAM.

Il existe plusieurs types de disques durs destinés aux serveurs, les SATA, les SAS et les SSD.
Les deux premiers se différencient surtout par leur rapidité d’écriture, la technologie SATA étant limitée à 7200 tours minute contre 10 à 15 000 tours minute pour la technologie SAS.
Le SSD (solid state drive) est une technologie de dernière génération qui utilise la mémoire flash pour le stockage de données. Ce ne sont pas des disques mais des puces qui sont utilisées les rendant bien plus solides, performants et compacts.
Malgré leur coût plus importants, il est conseillé de se tourner davantage vers les SSD, beaucoup plus fiables et garantissant plus de sécurité à vos données.
Le choix du type de disque dur et de sa capacité de stockage nécessité de prendre en compte 3 facteurs :

  • La vitesse d’exécution dont vous avez besoin
  • Vos besoins en matière de stockage
  • Et le prix du disque dur

Confronter ses 3 critères avant de faire le meilleur choix en matière de stockage de votre serveur d’entreprise.

 

4ème étape : Le RAID

Nous allons tacher de ne pas trop parler technique mais le RAID est tout de même une variable importante à prendre en compte avant de choisir son serveur informatique. En effet, c’est un ensemble de techniques chargées de répartir les données sur les différents disques du serveur pour soit gagner en performance, en sécurisation ou encore pour prévenir une éventuelle panne d’un des disques. Les RAID les plus couramment utilisés sont les RAID 1, RAID 5 et RAID 10. Le RAID 1 est un miroir entre deux disques durs. Le deuxième disque est une copie miroir en temps réel du premier, de cette manière si le premier disque tombe en panne, l’autre prend le relais automatiquement.
Les RAID 5 et 10 offrent plus de réplication, ils seront pertinents selon vos besoins, consultez votre prestataire pour identifier quelle configuration RAID privilégier lors de l’achat de votre serveur.

 

5ème étape : L’alimentation de votre serveur informatique

Autre chose extrêmement importante à considérer, lors de l’achat d’un serveur, c’est l’alimentation ou « power supply » en anglais. En effet l’alimentation est l’élément le plus fragile d’un serveur après les disques durs.
La règle en matière d’alimentation d’un ou de plusieurs serveurs et très simple :
Toujours prévoir 2 alimentations sur 2 sources électriques différentes. L’une des deux alimentations doit être équipée d’un onduleur. Un onduleur fait office de groupe électrogène pendant un temps donné. De cette manière il maintient le serveur en marche, malgré la coupure de courant, assez de temps pour que vous puissiez l’éteindre en toute sécurité. De cette manière vous ne risquez pas de perdre des données et vous pouvez redémarrer votre serveur normalement dès lors que le courant est rétabli ou que l’alimentation est réparée. Grâce à cette méthode vous évitez toute perte de données liée à l’extinction inopinée de votre serveur.

 

Pour finir, être vigilant quant à l’OS avant de choisir son serveur informatique

Dernière étape et pas des moindres, le système d’exploitation de votre futur serveur informatique. Pour cela rien de très compliqué, nous vous conseillons tout simplement de choisir un serveur équipé de l’OS le plus récent. Privilégiez donc la version la plus récente de Windows Server. Assurez-vous, en amont, auprès de votre fournisseur ou de votre prestataire informatique que l’ensemble de vos applicatifs soient compatibles avec l’OS choisi. Pour finir n’oubliez pas d’acheter le nombre de licences serveurs correspondant aux nombre d’utilisateurs de votre entreprise.

 

Attention à l’occasion !

Beaucoup d’entreprises sont tentées de faire l’acquisition de serveurs d’occasion, mais cela peut représenter un risque. Il faut être vigilants à ce que les caractéristiques du serveur correspondent bien à vos attentes et que celles-ci ne soient pas obsolètes. Acheter un serveur d’occasion c’est également prendre le risque que celui-ci ne soit plus couvert par une garantie et donc irremplaçable en cas de panne ou de dysfonctionnement.

Le choix d’un serveur ne se fait pas à la légère, il est important de considérer l’ensemble des besoins informatique de votre entreprise et prendre en considération les contraintes diverses auxquelles votre entreprise peut faire face. Nous espérons que ces différentes étapes vous aiderons dans votre réflexion, ne négligez pas l’importance d’un échange avec un technicien spécialisé qui pourra vous aiguillez pour bien choisir son serveur informatique.

Le DaaS : le nouvel atout mobilité pour les PME

Le DaaS : le nouvel atout mobilité pour les PME

Le Cloud est de plus en plus présent au sein de l’informatique des entreprises. Il existe des solutions Cloud qui permettent aujourd’hui de se décharger de beaucoup de contraintes matérielles et de réaliser des économies. Les solutions de Desktop as a Service (DaaS) séduisent de plus en plus les entreprises françaises, plus particulièrement les PME et les start-up.

Desktop as a service, qu’est-ce que c’est ?

La solution de Desktop as a Service est une nouvelle solution qui permet de virtualiser les postes de travail de vos collaborateurs dans le Cloud. Le responsable informatique de votre entreprise ou votre prestataire peut alors créer autant de comptes utilisateurs que nécessaire sans forcément installer de poste informatique physique. Le mode de fonctionnement du DaaS inclut la gestion des sauvegardes, du stockage, des mises à jour et la protection de vos données par un prestataire spécialisé. Vos utilisateurs peuvent alors se connecter à leur bureau depuis n’importe où et depuis n’importe quelle machine compatible, dans la mesure où ils disposent d’un accès sécurisé à internet. Cela peut être depuis son poste informatique professionnel, depuis son poste personnel ou encore depuis une tablette tactile par exemple. La plupart des prestataires informatiques qui proposent des solutions de virtualisation sont en capacité de mettre en place des solutions de Desktop as a Service au sein des entreprises.

Les avantages du DaaS ?

Maintenant que vous avez compris le fonctionnement des solutions DaaS, quels sont les principaux avantages à en tirer ?
Beaucoup d’entreprises, particulièrement les PME, peuvent tirer des avantages non-négligeables de ce genre de solutions.

En tout premier lieu, le DaaS permet aux entreprises de s’affranchir des contraintes matérielles et d’autre part, de faciliter la mobilité des collaborateurs, notamment dans le cadre du télétravail.
La solution DaaS permet de se prémunir de l’obsolescence du matériel informatique, mais aussi et surtout de la gestion technique des postes informatiques (plus de gestion des Hardware de chaque poste). C’est une solution qui permet également d’encourager la pratique du BYOD, nous en parlions ici, c’est une solution de plus en plus plébiscitée par les entreprises, notamment les start-up et les PME. La pratique du Bring Your Own Device permet à vos collaborateurs d’accéder à leur environnement de travail avec leurs propres postes informatiques, quel que soit l’OS (apple, linux…) et surtout quelles que soi les performances de la dite machine. Cette puissance est déterminée au préalable par la puissance que vous allouerez à chaque utilisateur dans le Cloud. Ce genre de pratiques nécessite tout de même d’être vigilant en sensibilisant notamment les collaborateurs aux enjeux sécuritaires.

La solution DaaS permet d’améliorer l’expérience informatique de vos utilisateurs, et ainsi de leur confort de travail. De la même manière, cela peut leur permettre de gagner en productivité, notamment dans le cadre du travail à distance, en bénéficiant d’un outil de travail optimal.

Pour finir la solution de Desktop as a Service peut permettre à votre entreprise de réduire les coûts liés à l’informatique en réduisant l’investissement matériel. C’est un aspect non-négligeable pour beaucoup d’entreprises dont le budget alloué à l’informatique est parfois limité, notamment les PME.

Pour résumer, les solutions DaaS ont de nombreux avantages :

  • Bénéficier d’un accès à tout moment à un espace de travail professionnel et sécurisé depuis n’importe où
  • Bénéficier de cet accès depuis tout type de terminal et tout type d’OS
  • Faciliter le travail à distance et la mobilité de vos collaborateurs
  • Gagner en flexibilité : Les nouveaux postes informatiques peuvent être déployés très rapidement par votre prestataire
  • Réduire la maintenance matérielle de vos postes informatiques
  • Lisser vos coûts

Restez vigilants …

Nous venons de le voir, le DaaS est une solution particulièrement intéressante pour les entreprises qui souhaitent limiter les contraintes informatiques, d’un point de vu matériel et financier. Mais la question est de savoir si c’est un fonctionnement que l’on peut généraliser à l’ensemble des postes informatiques de votre entreprise ?

L’une des principales exigences du DaaS est d’avoir un très bon accès à internet. Sans une connexion performante, vos utilisateurs ne pourront pas accéder à leur environnement de travail virtualisé. Certaines fonctions stratégiques ne pourront pas prendre le risque de ne pas pouvoir accéder à leur bureau. Il est également important de privilégier des prestataires informatiques qui pourront vous proposer un hébergement en DataCenters français pour profiter d’une bande passante optimisée. En effet, une mauvaise connexion internet peut être responsable d’une baisse de productivité de vos collaborateurs mais aussi d’un accroissement de leur frustration.

D’autre part, certains de vos collaborateurs ont des besoins en informatiques qui rendent leur travail incompatible avec une solution DaaS. Notamment les services qui utilisent des logiciels de création ou de 3D, les performances graphiques seront largement insuffisantes. Certains prestataires proposent aujourd’hui des solutions Cloud avec des cartes graphiques dédiés, malheureusement elles sont particulièrement coûteuses.
Pour finir, la mise en place de solutions DaaS doivent s’accompagner d’une sensibilisation de vos utilisateurs aux enjeux de sécurité. Surtout dans le cadre du télétravail ou de la pratique du BYOD, de manière à éviter toute intrusion malveillante dans l’informatique de votre entreprise.

Le DaaS ? Oui, mais pas seulement

Les solutions DaaS sont particulièrement intéressantes sur de nombreux points. Elles sont adaptées aux besoins des entreprises qui souhaitent se décharger des contraintes informatiques et qui souhaitent bénéficier d’une offre flexible et évolutive. C’est une solution qui peut être particulièrement intéressante pour les PME. Cependant la mise en place de ce type de solution nécessite d’être bien accompagné par son prestataire informatique et d’être bien conscient des besoins de son entreprise en matière d’informatique. Identifiez les services qui auraient besoin de la mise en place d’une solution DaaS. Cela peut être particulièrement intéressant pour les fonctions commerciales notamment qui sont souvent en déplacement sur le site des clients ou en prospection. Mais le DaaS ne doit pas bouleverser l’ensemble de l’organisation informatique de votre entreprise, certaines fonctions n’auront pas l’utilité du DaaS.  L’enjeu étant donc de mettre en place une informatique d’entreprise hybride avec l’aide de votre prestataire : le savant dosage entre chaque solution informatique dont votre entreprise a besoin (postes en local, virtualisation, Nas, serveurs etc…).

Servez-vous de notre modèle de cahier des charges pour identifier tous vos besoins et faciliter le travail de votre prestataire afin de faire le choix des solutions les plus adaptées au fonctionnement de votre entreprise et à ses enjeux.

Mener un projet d’externalisation informatique en 3 étapes

Mener un projet d’externalisation informatique en 3 étapes

L’externalisation informatique est de plus en plus plébiscitée par les entreprises. Mais qu’est-ce que l’externalisation exactement, quelles parties de votre entreprise cela concerne-t-il ? Et comment le mettre en place efficacement ? Découvrez nos trois étapes clés pour mener correctement un projet d’externalisation.

 

Tout d’abord, qu’est-ce que l’externalisation informatique ?

L’externalisation informatique, l’hébergement ou encore le Cloud Computing est un processus qui consiste à externaliser tout ou partie de son système d’information (données, siteweb, infrastructures serveurs, CRM etc…). Le Cloud Computing est une discipline très vaste qui offre une approche nouvelle et radicalement différente de l’approche traditionnelle des entreprises en matière de gestion informatique. Le Cloud est souvent très connu pour l’usage personnel que l’on en fait, nous avons presque tous recours à une solution de Cloud pour héberger nos photos ou nos musiques par exemple. En entreprise aussi, l’hébergement peut concerner vos données mais pas seulement… Il peut concerner l’ensemble des composants de votre système d’information.

Certaines entreprises, notamment les PME, ne se posent parfois même pas la question de l’hébergement, craignant un coût trop élevé. Or ce n’est pas systématiquement plus cher qu’une infrastructure locale. Au contraire, cela permet souvent de s’affranchir de coûts d’exploitation liés notamment à la mise en place d’une salle serveur, des coûts de maintenance technique, des coûts en électricité et les coûts liés à une éventuelle indisponibilité de votre système d’information par exemple.

Mais alors, quels services de votre entreprise sont concernés par l’externalisation ? Et comment mettre en place l’hébergement informatique efficacement pour votre entreprise ? Voici nos 3 étapes clés.

 

1ère étape : Identifier le périmètre à externaliser

Il est possible d’externaliser tout ou partie de votre SI, l’enjeu étant d’identifier les parties les plus sensibles et stratégiques de celui-ci. Faites-le selon plusieurs critères précis comme l’aspect stratégique, le niveau de criticité et le niveau de sécurisation notamment. Cela dépend également de vos exigences mais aussi de pré-requis techniques à identifier. Ces pré-requis sont importants car, s’ils ne sont pas respectés, ils peuvent avoir un impact négatif sur la procédure d’hébergement. Ces pré-requis peuvent concerner la bande passante et le système d’exploitation de vos postes informatiques notamment.

Ainsi vous identifiez les aspects les plus stratégiques de votre entreprise, ceux pour lesquels le Cloud Computing est pertinent et vous permettra d’alléger vos contraintes informatiques. Voici quelques exemples de ce qu’il est possible d’héberger ou externaliser :

  • L’hébergement d’un applicatif métier dans un data center
  • L’hébergement d’un siteweb vitrine ou E-commerce sur un serveur virtuel dédié
  • L’hébergement d’une infrastructure serveurs
  • L’hébergement de tout ou partie de vos données dans le Cloud
  • L’hébergement de votre messagerie d’entreprise
  • Etc…

Il faut également identifier la nature de vos besoins, comment le Cloud Computing peut aider votre entreprise ? Est-ce pour gagner en sécurisation ? En mobilité ? Il faut se poser les bonnes questions. Si votre force de vente est la plupart du temps en déplacement ou en prospection, il serait peut-être judicieux de mettre en place une solution Cloud, pour que vos collaborateurs aient accès à tout moment et depuis n’importe où, aux fichiers dont ils ont besoin. Ou encore, si votre entreprise utilise un logiciel métier particulièrement exigeant et stratégique pour votre activité, le faire héberger sur un serveur dédié et sécurisé en Data Center peut-être une bonne solution. Optez pour un type de serveur optimisé en RAM et en CPU pour garantir des performances optimales pour votre application critique. Car de cette manière vous assurez un haut niveau de sécurisation mais aussi et surtout un fort taux de disponibilité, c’est un point non négligeable pour un logiciel qui est essentiel à le bonne conduite de votre activité.

 

2ème étape : Choisir les bonnes solutions pour un projet d’externalisation informatique réussi

Maintenant que vous avez identifié les services qui gagneraient à être externalisés au sein de votre entreprise, il ne vous reste plus qu’à identifier les solutions qui s’offrent à vous. Il existe une multitude de plateformes proposant du Cloud Computing et sous différents aspects. De très grandes entreprises en so,nt aujourd’hui des experts, Microsoft, Amazon, OVH pour ne citer qu’eux. Ils proposent un panel de solutions adaptées à tous les types d’entreprises. Office 365 de Microsoft est une solution qui peut répondre à de nombreux besoins des PME. Les offres sont forfaitaires et modulables pour répondre le plus efficacement à vos besoins. C’est une solution notamment, très intéressante pour les PME qui cherchent à externaliser le stockage de leurs données et bénéficier d’une messagerie collaborative.

OVH propose par exemple des formules adaptées à l’hébergement d’un applicatif critique, ces offres sont calculées en fonction de la configuration requise pour l’hébergement de votre logiciel. Le Cloud Computing est aujourd’hui particulièrement accessible et tend à encore plus se démocratiser au sein des entreprises. Les solutions sont donc nombreuses mais se tourner vers des experts du domaine permet de garantir un fort niveau de sécurisation et de disponibilité de vos données. Pour autant si votre entreprise bénéficie d’un accompagnement informatique, vous pouvez vous tourner vers votre prestataire pour vous conseiller et vous proposer les solutions de Cloud Computing les plus pertinentes pour votre entreprise.

 

3ème étape : Former et sensibiliser vos équipes au Cloud Computing

Au-delà du simple aspect technique, avoir recours à l’hébergement, entraine des changements organisationnels au sein de votre entreprise. Il est important de conduire ce ou ces changement(s) et d’accompagner vos collaborateurs pour les familiariser avec d’éventuels nouveaux outils ou nouveaux process. Les changements entraînent parfois des réactions réfractaires, il faut savoir les gérer et les anticiper. Prouvez à vos collaborateurs la pertinence de votre projet d’externalisation. Il faut rassurer vos collaborateurs sur les changements à venir et faire comprendre à tout le monde, que l’externalisation permettra à votre entreprise de franchir un nouveau cap. Il peut-être pertinent de désigner une personne responsable de former vos collaborateurs à l’utilisation des nouveaux outils (Interface Cloud, messagerie collaborative etc…), de communiquer en interne en amont et en aval de la mise en place du projet d’hébergement (email, newsletter etc…). Mais aussi mettre en place des formations aux éventuels nouveaux process autour du Cloud Computing. De cette manière vous accompagnerez vos collaborateurs au changement et leur faciliterez la tâche dans l’intégration des nouveaux outils et des nouveaux process.

Office 365 ou Office 2019, quelle solution pour mon entreprise ?

Office 365 ou Office 2019, quelle solution pour mon entreprise ?

Tout le monde connaît la suite bureautique Office. Lancée le 8 août 1989 par Microsoft, en version On Premise, les logiciels de la suite Office (Word, Excel, Power Point, Outlook, Access) ont facilité le quotidien des particuliers et des professionnels. 30 ans plus tard, Microsoft compte délaisser sa version On Premise au profit d’une version SaaS de sa suite de logiciels reconnus. Pourtant Office 2019 est toujours sur le marché, alors quelles sont les différences entre ces deux solutions ? Quels avantages Office 365 peut offrir à votre entreprise ? 

 

Office, qu’est-ce que c’est ?

Office

Commençons par parler de l’aîné de la famille Microsoft Office. Office 2019 est la dernière version de la suite logicielle qui est sortie le 24 septembre dernier et qui succède à Office 2016. Cette suite bureautique est principalement connue pour les logiciels Word (traitement de texte), Powerpoint (création de présentations) et Excel (Logiciel tableur). Mais la suite intègre également OneNote (Prise de notes), Access (base de données relationnelle), Publisher (logiciel PAO) et Outlook (messagerie) selon les versions.
Microsoft Office fonctionne sous forme de licence s’installant sur les postes des utilisateurs. Il faut acheter autant de licences que vous avez de postes informatiques.
La réputation de Microsoft Office n’est plus à faire dans le monde professionnel, ses logiciels sont même indispensables à la plupart des entreprises, quel que soit le secteur d’activité.  En 2018 la firme américaine estime à 1,5 milliards, le nombre d’utilisateurs d’Office à travers le monde (Utilisation professionnelle et personnelle confondue).

 

Office 365

Mais alors qu’est-ce que c’est qu’Office 365 ? Créée en 2011, ce n’est ni plus ni moins que la version SaaS (Software as a Service) de la suite Office. Microsoft comprend, au moment de créer Office 365, l’importance croissante des outils collaboratifs et de la nécessité pour certains de travailler depuis n’importe où. C’est principalement pour répondre à ces besoins, que la firme américaine créé la version SaaS d’Office.

Cette solution intègre les mêmes logiciels que la version On Premise à la différence que vous n’êtes pas propriétaire des licences. C’est une offre qui s’inscrit dans l’air du temps de par son mode de fonctionnement, tout comme la location évolutive des postes informatiques (confère notre article : « location évolutive : l’informatique s’adapte à votre entreprise ») vous vous acquittez d’un abonnement annuel ou mensuel avec un engagement.

Pour l’aspect collaboratif Microsoft intègre à Office 365 plusieurs solutions comme Sharepoint, Exchange ou encore Teams. Ces différents logiciels permettent notamment à vos collaborateurs de travailler ensemble de manière simultanée ou encore d’échanger via une messagerie instantanée et de partager leurs agendas.

Le dernier besoin auquel répond Office 365 concerne le stockage externalisé dans le Cloud. Via sa solution Onedrive, Office 365 vous permet de stocker vos données dans un espace Cloud sécurisé. La capacité de stockage varie selon l’abonnement.

Mais alors si Office 365 n’est qu’une version « virtuelle » d’Office 2019 quel intérêt représente-t-elle pour votre informatique ? Quels avantages Office 365 offre-t-elle ?

 

Pourquoi le mode SaaS d’Office 365 ?

Les bénéfices d’Office 365 peuvent être nombreux pour votre entreprise, surtout pour une PME, qui ne souhaite pas faire de lourds investissements en une seule fois. En effet, Office 365 tout comme, la location évolutive, permet de lisser les coûts liés à l’informatique et de ne pas devoir s’acquitter d’un grand nombre de licences logicielles d’un seul coup. Cela permet de préserver sa trésorerie et de consacrer ses investissements à d’autres fonctions stratégiques de votre entreprise.

« L’outil ne nous appartient pas » C’est en général ce que peuvent vous dire les sceptiques des solutions SaaS. Certes vous n’êtes pas propriétaire de vos logiciels mais Office 365 permet de se décharger des contraintes techniques. En effet Office 365 ne nécessite plus d’installer les applications sur les postes et les mises à jours se font automatiquement, dès lors que vos utilisateurs sont connectés à internet. Fini donc l’obsolescence logicielle et les problèmes de compatibilité des postes.
C’est alors un gain de temps pour vos collaborateurs qui ne sont plus contraints d’essayer de solutionner des problèmes liés aux licences ou aux versions d’Office. Ils profitent d’outils parfaitement fonctionnels, à jour, et peuvent alors se concentrer sur leur cœur de métier. D’autre part chaque licence d’Office 2019 est rattachée à un poste informatique, lorsque vous changez le poste vous devez racheter une licence. Renouveler vos postes informatique représente un investissement important pour votre entreprise, si vous devez également renouveler les licences Office, cela peut-être très coûteux. Avec Office 365 vous ne serez pas confronté à ce problème.

D’autant qu’avec Office 365 vous bénéficiez d’un support Microsoft sans frais supplémentaires en cas de problème. En version On Premise, en revanche, Microsoft ne vous assiste que dans le cadre de l’installation de la suite logicielle.

L’un des avantages d’Office 365 est bien évidemment de pouvoir être utilisé partout et à tout moment, sans que vos collaborateurs ne soient tributaires de leurs postes de travail. C’est un avantage non négligeable, notamment pour les fonctions commerciales ou les personnes qui font régulièrement du Home Office. Office 365 intègre également des applications dédiées aux téléphones et aux tablettes, renforçant encore la mobilité et praticité de la solution.

Dernier des avantages Office 365 : les outils collaboratifs. C’est d’ailleurs un des principaux arguments de vente de Microsoft : « Office 365 pour un travail plus collaboratif ». C’est un aspect très important, car vos collaborateurs sont de plus en plus amenés à travailler en mode projet, surtout au sein des PME. Office 365 permet alors à chacun de travailler en simultané sur des projets, de partager leurs emplois du temps ou encore de discuter instantanément, tout cela qu’ils soient chez eux, au café ou au bureau. C’est une notion de plus en plus importante pour les entreprises dont les services doivent pouvoir collaborer et communiquer facilement.

 

Alors,  quelle offre pour mon entreprise ?

Chaque solution possède des avantages, il n’y en a pas une meilleure qu’une autre. Pourtant Microsoft concentre de plus en plus ses efforts sur Office 365. Office 365 destiné aux TPE et PME se décline en 3 offres différentes : Business, Business Essentials et Business Premium. Les 3 offres sont construites de manière à répondre le plus largement possible aux besoins en informatique des PME et des TPE.

  1. L’Offre Business s’adresse davantage aux PME qui ont besoin de la suite Office et d’un espace de stockage externalisé et sécurisé.
  2. L’offre Business Premium est une offre complète, axée sur la collaboration, elle intègre elle aussi la suite Office et Onedrive mais également les outil collaboratifs : Sharepoint, Exchange et Teams.
  3. Pour finir Microsoft a aussi pensé aux entreprises qui ont déjà leur parc informatique équipé d’Office en version On Premise, en proposant l’offre Business Essentials, qui n’intègre que le stockage Cloud et les outils collaboratifs.

Choisir les offres les plus adaptées à vos besoins peut parfois paraître complexe, rapprochez-vous alors de votre prestataire informatique qui se chargera de faire un audit de votre parc informatique et vous proposera la solution la plus adaptée à vos besoins.

Tout comprendre sur le Cloud en entreprise

Tout comprendre sur le Cloud en entreprise

Le Cloud est partout, que ce soit au bureau ou chez vous, vous avez forcément déjà entendu parler du Cloud. Qui ne s’est jamais retrouvé face à un espace de stockage insuffisant et a eu recourt à une solution Cloud ? Mais au fait c’est quoi exactement le Cloud Computing ? Qu’est-ce qu’une solution que vous utilisez souvent à titre personnel peut apporter à votre entreprise ?

Qu’est-ce que le Cloud ?

Le Cloud Computing est une solution qui permet un accès omniprésent et à la demande à un réseau partagé et un ensemble de données informatiques. Ces données sont accessibles et modifiables très facilement. Pour faire encore plus simple le Cloud Computing, c’est une manière d’utiliser des données informatiques sans réellement les posséder physiquement.

Le Cloud Computing, plus d’avantages que d’inconvénients ?

Héberger les données de son entreprise sur le Cloud permet de pouvoir en disposer à tout moment et surtout de ne jamais les perdre. Le Cloud permet également de sécuriser ses données, à condition de mettre en place un plan de sécurisation du Cloud efficace mais surtout de former et sensibiliser vos collaborateurs à son utilisation.

Le Cloud est également particulièrement avantageux d’un point de vue économique, surtout pour les entreprises qui ont un budget limité à consacrer aux dépenses informatiques. D’une part car le Cloud Computing ne nécessite pas d’investissement matériel et d’autre part car il permet de lisser les coûts, surtout dans le cadre d’un Cloud public.

Nous le verrons en étudiant les différents types de Cloud, le Cloud Computing se distingue également par sa simplicité et sa grande flexibilité.

Pour autant certaines entreprises sont encore frileuses à l’idée d’utiliser le Cloud. Le manque de confiance à l’égard des fournisseurs est l’une des principales problématiques. Pourtant si le déploiement du Cloud est associé à une stratégie de sécurisation cohérente, les risques sont très limités et les avantages nombreux.

Les différents types de Cloud

Il existe trois types de Cloud qui se distinguent par leurs propres spécificités : le Cloud public, le Cloud privé et le Cloud hybrid.

Le Cloud privé

Par Cloud privé, il faut entendre Cloud dédié. C’est-à-dire que vous bénéficiez d’une infrastructure informatique 100% dédiée à votre entreprise et à vos utilisateurs. Ce Cloud peut être géré en interne ou délégué à un prestataire et être hébergé dans un data center.

Le coût de la mise en place d’un Cloud privé dépend généralement du serveur utilisé, de sa capacité de stockage, de sa puissance et bien sûr de la maintenance associée.

Il a plusieurs avantages :

  • le Cloud privé permet de mettre en place une solution parfaitement adaptée à vos besoins
  • la facturation est la même quelle que soit l’utilisation de vos collaborateurs

Attention cependant, il peut s’avérer moins réactif en cas de montée en charge et surtout il est plus cher à mettre en place qu’un Cloud public.

Le Cloud public

Il ne faut surtout pas entendre public comme étant accessible à tous. Le terme public signifie que les données sont hébergées sur plusieurs serveurs qui sont accessibles par un nombre d’utilisateurs déterminés, on peut donc parler d’hébergement mutualisé. Généralement ce sont des solutions proposées par la plupart des prestataires informatiques. Le Cloud public (ou mutualisé) est un service particulièrement accessible. Une fois l’offre est souscrite, le Cloud est presque immédiatement disponible. En revanche, contrairement au Cloud privé, la facturation est établie selon l’utilisation que vous en faites. Vous payez donc uniquement ce dont vous avez besoin.

Malgré tout, le Cloud public s’avère être une solution particulièrement intéressante, surtout pour les PME, car elle ne nécessite pas d’investissement matériel, logiciel ou d’infrastructure. Le Cloud public permet de mettre en place une multitude d’applications SaaS comme les CRM ou les outils de gestion de stock. Les IaaS (Infrastructure as a service) font également partie intégrante du Cloud computing. Elles permettent de bénéficier de ressources informatiques virtualisées.

Le Cloud hybrid

Le Cloud hybrid, comme son nom l’indique, est un croisement entre le Cloud privé et le Cloud public. Le Cloud hybrid  réuni un prestataire de Cloud public et une solution de Cloud privé. Le Cloud public et le Cloud privé fonctionnent de manière indépendante. Ils communiquent via une connexion cryptée pour garantir l’intégrité des données. Avec cette solution hybride, vous pouvez héberger vos données les plus sensibles et critiques sur le Cloud dédié et consacrer la solution de Cloud public à des tâches qui nécessitent soit une importante montée en charge de votre infrastructure, soit l’utilisation d’applications Saas par exemple.

Evidemment la mise en place de cette solution hybride nécessite une expertise particulière car les interactions entre les différents Cloud sont particulièrement complexes. Il est donc important de faire appel à un prestataire expérimenté.

Le Cloud, une tendance de plus en plus plébiscitée

Le Cloud Computing est une solution de plus en plus appréciée par les entreprises de par ses nombreux avantages. Face à cette tendance à la hausse, les fournisseurs de matériel informatique se mettent à développer du matériel entièrement dédié au Cloud. L’une des principales caractéristiques de ces ordinateurs nouvelle génération est un faible espace de stockage, juste assez pour faire tourner la solution de Cloud. Vos collaborateurs bénéficient alors de machines beaucoup moins coûteuses et beaucoup plus légères. Cela implique par contre d’avoir une bonne connexion internet, sans laquelle vous ne pourrez pas accéder à vos données hébergées.

Le Cloud Computing est peut-être la solution dont a besoin votre entreprise. Rapprochez-vous de votre prestataire informatique pour étudier les différentes solutions de Cloud qui pourraient répondre à vos besoins.
Nowteam peut vous accompagner dans le déploiement d’une solution Cloud adaptée à vos besoins informatiques et à vos contraintes budgétaires.

Les avantages d’une messagerie collaborative externalisée

Les avantages d’une messagerie collaborative externalisée

 Un service de messagerie collaborative peut être un véritable atout pour votre entreprise. En effet, ce type de dispositif facilite les échanges entre vos collaborateurs et améliore leur productivité. Votre prestataire en infogérance vous accompagne pour la mise en oeuvre et la gestion d’une messagerie collaborative externalisée adaptée à vos besoins et à vos usages pour améliorer les performances de votre entreprise. 

Messagerie externalisée : idéal pour les commerciaux et le télétravail

La mise en place d’une messagerie collaborative externalisée vous permet d’accéder facilement à vos emails, gérez vos calendriers, vos contacts, vos tâches aussi bien au bureau qu’à l’extérieur de l’entreprise. C’est une solution idéale pour les travailleurs nomades, comme les commerciaux, ou les collaborateurs pratiquant le télétravail. La messagerie collaborative propose toutes les fonctionnalités d’une messagerie d’entreprise standard tout en étant accessible depuis n’importe quel endroit. Toutefois, cette accessibilité ne nuit pas à la sécurité des échanges puisque les données sont protégées grâce à un système de cryptage. 

Une messagerie collaborative sécurisée

La messagerie collaborative proposée par Nowteam vous garanti des échanges entièrement sécurisés afin d’assurer la protection des données entre vos employés ou avec vos partenaires, prestataires et clients. De plus, notre service de messagerie est doté de protection anti-spam et anti-virus dans le but de limiter les risques d’espionnage, d’intrusion ou de tentatives de phishing. Opter pour une messagerie collaborative externalisée est un élément majeur pour la sécurité informatique de votre entreprise, notamment si certains collaborateurs sont mobiles. Cette solution est particulièrement adaptées aux entreprise multi-sites qui souhaitent protéger les échanges entre leurs différents services. 

Un service de messagerie collaborative fiable et disponible

Le service de messagerie est un élément indispensable à votre activité. L’email reste le principal moyen d’échange en entreprise. D’autre part, la messagerie collaborative vous permet de faciliter la gestion de projet en entreprise avec des fonctionnalités d’agenda, d’échange de documents, de création d’évènements, de listes de contacts partagées…etc. Notre solution de messagerie collaborative basée sur le service Microsoft Exchange vous garanti un dispositif fiable et performant. Nous prenons en compte la gestion, la configuration et la création de compte pour que vous puissiez vous consacrer pleinement à votre coeur de métier. La messagerie collaborative s’adapte à vos besoins et aux évolutions de votre entreprise afin que vous disposiez d’une solution de travail de groupe de qualité et à moindre coût. 

Une messagerie synchronisée sur toutes les plateformes

Le principal atout d’une messagerie collaborative externalisée est de pouvoir profiter du même service quel que soit l’appareil utilisé, ordinateur, smartphone ou tablette. Vous pouvez utiliser votre messagerie d’entreprise sur n‘importe quel système d’exploitation, ce qui constitue une solution idéale dans la situation d’un parc informatique hétérogène. Les solutions de messagerie collaborative sont disponibles quels que soient votre infrastructure ou votre système informatique. Un expert en infogérance pourra vous conseiller la solution de messagerie externalisée la plus adaptée en fonction de vos besoins réels. 

Spécialisée dans l’infogérance des PME depuis plus de 15 ans, la société Nowteam dispose d’agences dans toutes la France pour vous accompagner dans la gestion de votre système informatique. Nous proposons notamment un service de messagerie collaborative externalisée et assurons toutes les actions liées à sa mise en place ou sa gestion ainsi que les interventions de dépannage en cas de problème. Consulter nos offres pour enfin doter votre entreprise d’une messagerie collaborative performante, améliorer la productivité de vos collaborateurs et booster la compétitivité de votre entreprise.