Pour utiliser légalement les applications sur vos ordinateurs d’entreprise, vous devez disposer de licences informatiques. Même si les offres de licences pour entreprise restent très diversifiées, l’achat d’une licence prend en compte des critères bien définis.

 

Qu’est-ce que les licences informatiques ?

 

La licence d’un logiciel est un contrat par lequel l’éditeur définit avec vous les conditions d’utilisation, d’éventuelles modifications ou diffusion de son programme. En tant qu’éditeur, il dispose en effet des droits d’auteur sur son programme et peut donc, sous certaines conditions, vous autoriser à utiliser son logiciel.

Ces conditions sont énumérées dans le contrat de licence utilisateur final (CLUF). Afin d’utiliser légalement le logiciel, vous devez marquer votre accord sur les conditions. Ce contrat constitue un outil de protection de vos données et de vos ressources d’entreprise contre les logiciels piratés. Vous pouvez également obtenir de l’éditeur une assistance technique et un support.

Droit d’utilisation et non droit intellectuel : pas de confusion !

 

Il est important de bien faire la distinction entre droit d’auteur (ou droit intellectuel) et droit d’utilisation. L’achat d’une licence ne fait pas de vous le propriétaire d’un logiciel.

Vous obtenez juste un droit d’installation, d’utilisation et de sauvegarde d’une copie du logiciel. En vous vendant une licence de son logiciel, l’éditeur conserve son droit d’auteur et reste le propriétaire exclusif de son programme.

Licences informatiques commerciales et licences libres : laquelle choisir pour votre entreprise ?

 

Avec l’évolution de la culture libre, les entreprises disposent désormais de la possibilité d’opter pour une licence dite « libre ». Ces dernières peuvent s’affranchir des coûts liés à l’acquisition d’une licence commerciale. Cependant, chacune possède ses spécificités et ses charges.

Licences libres

 

En optant pour des licences informatiques libres, vous disposez, en plus du droit d’usage du logiciel, de certains droits que l’éditeur vous concède et qui sont qualifiés de fondamentaux :

  • Étudier et comprendre le fonctionnement du logiciel pour mieux l’adapter à vos besoins ;
  • Modifier le logiciel dans le but de l’améliorer, l’étendre, le transformer ou l’incorporer dans un logiciel dérivé ;
  • Redistribuer ou même dupliquer à des fins commerciales le logiciel.

L’aspect gratuit d’une telle licence reste discutable. Une licence libre n’est pas toujours gratuite. Même si elle l’était, l’assistance technique et le support restent payants. Cependant, une licence libre vous reviendra probablement moins cher en entreprise qu’une licence commerciale.

Licences commerciales

 

Encore appelées licences propriétaires, elles s’opposent aux licences libres et ne possèdent pas la totalité des conditions énoncées précédemment. Généralement, une licence commerciale entrave l’une des conditions suivantes :

  •       L’utilisation ;
  •       L’étude ;
  •       La modification ;
  •       La diffusion du logiciel.

L’achat d’une telle licence est donc assez restrictif. Vous ne pouvez utiliser le logiciel dans votre entreprise que dans un cadre précis et préétabli dans le contrat de licence.

Comment acheter ses licences informatiques en entreprise ?

 

Pour un usage professionnel, il est recommandé d’acheter ses licences en fonction de vos besoins et de la taille de votre entreprise. Les éditeurs proposent des offres de licences spécifiques pour les entreprises. Ces licences, appelées licences de groupe ou en volume, sont proposées suivant deux grands principes.

Un tarif dégressif en fonction du nombre de licences souscrites : les éditeurs proposent ces offres professionnelles aux entreprises en fonction du nombre de postes sur lesquels elles souhaitent installer le logiciel. Vous pouvez tirer profit d’un effectif élevé de postes pour bénéficier d’un meilleur tarif. Ce type de licence convient davantage aux grandes entreprises.

Un accord global entre l’éditeur et l’entreprise : l’éditeur propose un accord aux entreprises disposant d’un nombre minimum d’utilisateurs ou de périphériques donnés. C’est le cas, par exemple, de la Microsoft Entreprise Agreement proposée par Microsoft aux entreprises avec au moins 500 utilisateurs. Ce type d’accord vous fait bénéficier d’une licence en volume à coût réduit, tout en vous offrant une certaine flexibilité dans la maintenance.

L’achat d’une licence informatique en entreprise doit donc se faire suivant les besoins et les moyens de l’entreprise. Que vous optiez pour une licence libre ou commerciale, il est important de vous entendre avec l’éditeur pour définir de meilleures conditions d’utilisation, notamment le coût.

Nouveau call-to-action