Avez-vous déjà expérimenté le télétravail dans votre entreprise ? Le confinement du printemps 2020 a été l’occasion d’une première pour de nombreuses sociétés. Les entreprises ont dû revoir et adapter leur façon de travailler et de diriger. Les dirigeants comme les employés ont chacun pu retirer des enseignements de cette expérience. Quels sont les attentes et les nouveaux usages concernant le télétravail, auparavant si peu populaire en France ?  

Une transformation digitale accélérée grâce au télétravail  

Dans le droit français, la règle principale, c’est la présence physique au travail. Or le confinement du printemps 2020 est arrivé, et soudainement, les entreprises ont dû trouver d’autres solutions pour continuer leur activité. Le télétravail s’est alors imposé pour tous ceux qui le pouvaient. De très nombreuses entreprises n’étaient pas prêtes pour cette expérience. Il a donc fallu mettre en place le matériel et les outils nécessaires à la collaboration à distance. Après cet événement, certaines sociétés ont intégré le télétravail dans leur culture d’entreprise. C’est une étape de plus vers la transformation digitale, mais celle-ci ne se résume pas qu’à l’utilisation du cloud ou à d’autres méthodes innovantes. C’est aussi une transformation de la manière de travailler, d’autres façons de collaborer, et de nouvelles attentes.  

Les nouvelles attentes des salariés envers leur employeur 

Plus de flexibilité 

Bien que déployé dans l’urgence, le télétravail a su convaincre une majorité de salariés français. Une étude réalisée par Deskeo en avril 2020 a démontré que 62% des sondés étaient favorables à l’intégration du télétravail dans leur quotidien. En effet, le télétravail apporte son lot d’avantages. Les salariés ont entre autres apprécié le fait de : 

  • ne plus perdre de temps dans les transports ; 
  • pouvoir bénéficier d’un environnement calme pour se concentrer ; 
  • s’organiser comme ils le souhaitent. 

Cette nouvelle méthode de travail permet aux employés de gagner du temps, sans pour autant perdre en productivité. Cependant, l’une des principales craintes des sondés, c’est que leur employeur leur refuse le télétravail par culture du présentéisme ou bien par manque de confiance. Les entreprises ont tout intérêt à proposer un management plus adapté aux conditions de travail à distance.  

Un management plus moderne et plus souple 

Le télétravail a mis en lumière une nouvelle manière de gérer les équipes. Grâce à des outils technologiques, comme les messageries instantanées ou la visioconférence, le contact n’est jamais rompu, mais il n’est pas pour autant continu. Un salarié est donc seul avec ses objectifs en tête quand il télétravaille. Le présentéisme et le management par le contrôle ne sont plus de mise. Les employeurs doivent adapter leur manière de diriger, et accorder plus de confiance et d’autonomie à leurs équipes. Il convient alors de se concentrer sur les résultats, plutôt que sur les processus métiers dans leur globalité.  

Une nouvelle façon de s’organiser pour les entreprises 

Le télétravail a su convaincre les salariés. Mais qu’en est-il des employeurs ? Une grande majorité d’entre eux ont conscience que le télétravail n’est pas qu’une tendance de passage. Repenser les fondations de son entreprise et intégrer cette nouvelle méthode de travail entraîne des questionnements. C’est l’occasion de repenser l’agencement de l’espace et des bureaux, notamment en pratiquant le desk sharing. En supprimant les bureaux attitrés et en créant des postes que se partagent les employés présents sur site, cela permet de faire une économie d’espace.  

Il convient également de noter que le télétravail nécessite d’apprendre à collaborer autrement. Cela s’effectue par le biais d’outils de gestion ou de communication en ligne. Il ne suffit pas d’en disposer, mais il faut que chaque collaborateur sache s’en servir, ce qui peut nécessiter des formations en interne.  

À l’heure qu’il est, de nombreuses entreprises restent encore frileuses au télétravail. C’est pourtant une méthode déjà bien mise en place aux États-Unis ou dans les pays scandinaves. La France aurait-elle un train de retard ? Ce qui est sûr, c’est qu’il est important d’adopter de nouvelles habitudes pour organiser le travail de demain.